One of my favourite quotes by Daniel Defoe in Robinson Crusoe

One of my favourite quotes by Daniel Defoe in Robinson Crusoe in English and French

adult-backlit-beach-320007

“All our discontents about what we want appeared to me to spring from the want of thankfulness for what we have.”

I personally think that the French translation is clearer.

“Tous nos tourments sur ce qui semble nous manquer me semblent procéder du défaut de gratitude pour ce que nous avons.”

Recommendation:

  • Think of what is implied in the quote

5) ASTUCE ET RÉFLEXION 5: Une ancre de ressource quand vous voulez booster votre état d’esprit positif

brush-happiness-joy-22221

“Nous sommes ce que nous faisons avec répétition. Par conséquent, l’excellence n’est pas un acte mais une habitude.” Aristote

D’abord, qu’est-ce qu’une ancre de ressource ? C’est une association interne qui remet en place votre état d’esprit sur un point spécifique.

Pour vous donner une idée plus claire, pensez à un moment de votre vie quand vous étiez de sortie, en train de vous promener quand soudainement, vous entendez une de vos vieilles chansons préférées. Inconsciemment, vous commencez à vous rappeler de tous les détails : quand la chanson a fait son premier impact sur vous, où vous étiez, avec qui vous étiez, pourquoi, … Toutes les images commencent à refluer dans votre corps parce qu’il y a un attachement émotionnel fort à cette chanson. C’est une ancre de ressource.

Vous allez maintenant apprendre à en établir une pour vous-même. Jouez le jeu à fond, sans restreinte.

Voici les bénéfices potentiels de l’ancre de ressource :

  • Libérer des blocages émotionnels
  • Redémarrer votre état d’esprit positif

Suivez ces instructions pas à pas :

  • D’abord, choisissez un aspect dans votre vie que vous voulez améliorer. Par exemple, si vous êtes fatigué(e), vous voulez retrouver votre dynamisme ; si vous êtes un/une athlète, vous voulez être plus performant(e) le jour de la compétition ; si vous êtes une personne colérique, vous voulez être plus calme … Vous comprenez l’idée ?

 

  • Souvenez-vous d’un moment de votre vie où vous étiez dans un état agréable que vous souhaitez retrouver aujourd’hui. Par exemple, rappelez-vous d’un moment où vous vous sentiez le plus énergique, ou bien quand vous aviez atteint votre meilleure performance, ou encore quand vous vous sentiez super calme … Retournez dans votre passé, peu importe si vous devez retourner loin dans le temps. Votre souvenir doit être une mémoire puissamment positive et évocatrice.

 

  • Quand vous avez ressuscité cette mémoire positive dans votre esprit, mettez en action tous vos cinq sens en relation avec cette mémoire. Vous devez toucher/ressentir, visualiser, entendre, sentir et goûter ce moment dans le temps. Dans votre tête, décrivez-le en utilisant vos cinq sens. Si cela peut vous aider, vous pouvez l’écrire ou le dire à voix haute.

 

  • Quand cette description est terminée ou presque et que vous vous sentez extrêmement positif(ve) par rapport à ce moment, faites un geste avec votre main non-dominante qui résumera votre sensation. Prenez le temps de trouver ce geste. Il doit représenter le pic du sentiment merveilleux que vous ressentez. Cela peut être : serrer le poing, lever le pouce, claquer des doigts, n’importe quel geste dont VOUS pensez qu’il évoque le moment extraordinaire que vous vivez.

 

  • Après avoir fait ce geste, levez-vous, et marches, ou regardez dehors, ou pensez à autre chose. C’est ce qui s’appelle “casser l’état.”

 

  • Ensuite, repensez à l’état indésirable que vous ressentiez auparavant, faites le geste et évaluez la différence avec vos sensations du moment présent. Vous devriez vous sentir mieux. Si non, il se peut que vous ayez choisi une mémoire qui n’était peut-être pas assez puissante, ou que vous n’avez pas évoqué assez de sens forts par rapport à cette mémoire, ou que vous avez besoin de plus de répétitions. Continuez à répéter ce processus pas à pas jusqu’à ce que vous vous sentiez mieux.

 

  • A chaque fois que vous allez passer par une période difficile de votre vie et que vous tombez dans l’état que vous ne désirez pas, activez l’ancre de ressource avec le geste de votre main. Cela va vous rendre plus positif(ve).

Recommandation :

  • Etablir une ancre de ressource pour booster votre état d’esprit psychologique/émotionnel par rapport à n’importe quel aspect de votre vie

6) ASTUCE ET RÉFLEXION 6: the 3 Cs or the 3 Communication strategies

boss-brainstorming-business-1093913

Here are the 3 Cs or 3 Communication strategies that would be good to work on in your initial units until they become well-used by your students. They are essential in any effective communicational setting.

A) Clarification request (examples: I’m sorry, can you explain this differently? Pardon? What? What’s this? Say that again!),

B) Comprehension check (examples: do you see what I mean? Do you understand? Hang on, I’m not following you! Do you agree with me?),

C) Confirmation check (examples: do you mean that …? Does it mean that …? Like that? … um … I suppose … could you say that …?).

These are only a limited list of examples.

You first explain why they are useful in any authentic communication setting and then define them by providing a few examples, as I did in the brackets above, and then get your students to add more to the list.

Some will be general and can be used in any tasks. For instance, “Do you understand what I mean?” is a comprehension check that can be said in any conversation.

Others will be more specific to the task you have set your students with. For instance, when a student is giving instructions to another student on how to make an origami, a specific comprehension check could be: “Did I fold it right?” In this case, the comprehension check is only specific to the instructional demand of the origami-making task.

After writing out a list of 3 Cs examples in accordance with the task, you get the students to spot them in recordings or pieces of writing. To that end, it is always a good idea to keep a record of older students or native speakers doing the task whether it is in written or oral form. Your students can also be asked to notice the 3 Cs examples that have not been noticed by the class so far.

Then, you drill the 3 Cs examples in class and ask the students to commit to memory a variety of them before the main task.

Too often, the 3 Cs are left out in favour of grammatical concepts but as they are essential in any successful communication setting, like the oil in the conversational clogs, time needs to be spent on defining them, demonstrating them and getting the students to practise them.

Your students’ conversational flow will tremendously improve when you work on the 3 Cs in every unit. The more time you spend on them in the first units of your teaching, the less time you will spend on them in the later units, as the students become more and more familiar with them and remember to use them appropriately.

Recommendation:

  • Work once on the 3 Cs with your students as a focus on form and then get them to use them in tasks where appropriate

7) ASTUCE ET RÉFLEXION 7: what are your final words at the end of the lesson?

administration-adults-agreement-1181344

It is of paramount importance to reveal to your class the exciting task they will be doing the period after.

Pick one thing about next lesson which you know will excite them and make a big deal about it. Announce it with enthusiasm and gusto!

You can also talk about a mystery task that they are about to embark upon next period.

Say anything (true) that will make them want to go back into your classroom and prepare that announcement before the class takes place so you are well rehearsed.

If you think no one is listening to you, just forget once to do what you promised they would do and you will see that there’s always one student to remind you of your unfulfilled promise. It never fails.

They are listening even if you think they aren’t.

Recommendation:

  • Prepare before the class what you are going to say last so they are excited to go back into your classroom

Le 4 août 2018

1) How can you devise priming tasks with a robust cognitive scaffolding in the Task-Based approach?

architecture-building-business-1117452 (1)

Once you have found an exciting and meaningful end product and communicated it to your students, it is time to prepare 6 to 12 priming tasks (also called mining tasks).

In priming tasks, you don’t give a list of vocabulary or grammar and say to your students: “Here you go, this is what you need to learn to carry out the task and now I expect you to produce wonders!” Absolutely not. If you do, only the good students will oblige and get on with the work. The slower students will drag their feet and give you grief one way or another.

Instead, you give them tasks that will implicitly build their use of the language task after task. Each task recycles the language material from the previous task. The less advanced students will pick up a minimum of language to be able to do the main task later and the stronger students will pick up heaps. The aim is that all will be able to pick up enough language for the main task in the next phase of your unit.

Below you will find a list of possible priming tasks that I have ranked from the least to the most cognitively challenging one.

You may disagree on the ranking and that’s okay. There are no right or wrong answers as long as you are capable of changing the order and justifying your ranking. Spend time ranking this list on your own because here is your bread and butter of a solid priming phase.

  1. Brief teacher’s introduction with huge lexical repetition and easy questions to ask to students to explain the title of the unit
  2. Read something and find specific expressions
  3. Do a running dictation and find a picture for each sentence
  4. Follow oral/written/visual instructions and do a fill in the gap exercise
  5. Do a Multiple Choice/True or False/match up/find the odd one/find what they have in common
  6. Listen to/read/watch something and write a few words you have understood/not understood/key words/reply to short and simple questions/draw what you have understood
  7. Brainstorm (with or without a dictionary)
  8. Find facts (with or without a dictionary)
  9. Predict things before listening/reading/watching something
  10. Listen to/read/watch something and complete graphic organisers
  11. Listen to something/watch and write a version of what you have heard by doing a write-pair-share in 2s-compare in groups
  12. Draw up a list of reasons (with or without a dictionary)
  13. Put phrases or paragraphs in the right order/label
  14. Prioritise/categorise/sequence/classify from the most … to the least … and justify
  15. Do a survey/questionnaire by interviewing the others in the class

You are encouraged to delay the use of video clips and films until the end of the priming phase as authentic resources abound in language output and therefore may overload your students’ mind at an early stage.

Recommandation:

  • Prepare 6 to 12 priming tasks from the least complex to most complex on a cognitive scale for your students and spend time on your recycling buildup as the priming phase is a pivotal phase of your unit of work.

2) For this second tip/recommendation, I just let myself go with an assonance flow.

art-artistic-blank-page-371954

When you aspire to go higher for your students

When it transpires that you inspire your students

When you have your students to inquire with their imagination on fire

Then you have reached the spire of your proud profession

Everyone then can only but admire … you.

Recommendation:

  • Keep the thought alive every day that you are a source of inspiration to your students

3) Tout ce qu’on ne veut pas que vous sachiez sur le sucre !

assorted-baked-bakery-680242

“Mieux vaut la vérité amère que les mensonges les plus sucrés.” Proverbe latin

De plus en plus d’informations sur la corrélation entre un régime riche en sucres raffinés et la fatigue sortent dans les médias. Il n’y a aucun doute que le sucre, surnommé “la mort blanche” par certains nutritionnistes, est source de fatigue dont tant de gens souffrent, mais aussi de bon nombres de maladies graves (diabète, maladies vasculaires, obésité, dépression pour n’en nommer que quelques-unes).

Voici maintenant deux informations qui vous donnent une idée des mesures que les géants de l’industrie du sucre ont pris et continuent de prendre pour protéger leur marché aux profits gigantesques.

Il a été découvert dans les archives de l’Université de Harvard que dès les années 1950, la Fondation pour la Recherche sur le Sucre avait payé des chercheurs de Harvard pour minimiser les effets nocifs du sucre (http://www.drmirkin.com/nutrition/big-sugar-paid-harvard-to-say-that-sugar-is-healthful.html). Aujourd’hui, Coca Cola et les autres multinationales du sucre continuent à payer des millions de dollars pour des recherches mettant en valeur que l’obésité provient de la graisse ou du manque d’exercice ou d’autres facteurs, et non pas du sucre.

Saviez-vous également qu’un article du Guardian en 2017 révèle une dispute entre chercheurs sur la dangerosité du sucre, certains n’hésitant plus à qualifier le sucre comme une substance addictive au même titre que la cocaïne et l’héroine (https://www.theguardian.com/society/2017/aug/25/is-sugar-really-as-addictive-as-cocaine-scientists-row-over-effect-on-body-and-brain). Si 94 % des rats préfèrent la saccharine à la cocaïne, quelle conclusion tirez-vous sur la dépendance créée par le sucre ?

Si vous ne voulez pas que la fatigue soit votre seigneur et maître, commencez par éliminer de votre alimentation tout sucre raffiné et aussi les glucides à absorption rapide (ou glucides simples).

Pourquoi ?

Parce que dans l’ensemble, un des objectifs majeurs pour retrouver votre énergie d’antan est de réguler le taux de sucre dans votre sang.

Donc abandonnez les glucides à absorption rapide (ou glucides simples) et remplacez-les par des glucides à absorption lente (ou glucides complexes).

Le diagramme suivant illustre ce qui se passe dans votre corps quand vous mangez des glucides “rapides” (produits sucrés et féculents) et des glucides “lents” :

En résumé, consommer des glucides rapides stimule une décharge d’insuline (hormone qui régule la quantité de glucose dans le sang) excessive ce qui cause un déséquilibre dans le taux de sucre dans le sang.

On peut appeler cela “l’effet du pic et du creux.”

S’ensuit une perturbation des neurotransmetteurs (petits malins chimiques que les cellules utilisent pour s’envoyer des signaux) ce qui a pour effet de causer de l’anxiété, des crises de panique, de l’agitation générale et parfois de la colère, de la dépression et de la fatigue.

Le glucide rapide stimule aussi une montée rapide de l’adrénaline menant à nouveau vers l’anxiété, la panique, l’hyperactivité et même l’incapacité à se concentrer.

Malheureusement, une poussée d’adrénaline peut être aussi stimulée par le stress mental et physique ce qui a pour effet de faire baisser le taux de glucose dans le sang.

C’est un véritable cercle vicieux.

Donc voici les bénéfices potentiels de limiter la consommation de sucres et glucides rapides :

  • Augmenter l’énergie
  • Réguler la glycémie (le taux de sucre dans le sang)
  • Perdre du poids
  • Gérer plus facilement le stress mental et physique

Recommandation :

  • Eliminer la consommation générale de sucre raffiné

Surveillez donc l’impact du taux glycémique de la nourriture que vous mangez (le fameux IGE: Indice Glycémique Elevé) et sachez que toute nourriture consommée a un impact indéniable sur votre taux glycémique.

Certains aliments libèrent une décharge glycémique lente et d’autres pas. Par exemple, les pommes de terre font chuter l’énergie très vite mais les pommes de terre douce relâchent leur contenu sucré sur un temps plus long.

Observez donc les aliments qui sapent rapidement votre énergie pour pouvoir mieux les éviter. Cela inclut les aliments “à faux départ” c’est-à-dire ceux qui vous donnent un coup de boost initial mais qui vous font chuter peu de temps après.

Regardez ci-dessous le guide des glucides lents et à faible taux glycémique :

Guide des glucides lents et à faible taux glycémique
Les légumes artichaut, asperge, aubergine, brocoli, carotte, céleri, concombre, haricot vert, petits pois, salade, olive, oignon, radis, patate douce, tomate, courgette, pois chiche, haricot blanc/rouge/noir/pinto/de Lima, lentille
Les noix et les graines amande, noix, noix du Brésil/de macadamia/de pécan

graine de citrouille/chia/tournesol/sésame

Les céréales millet, pâte au riz brun/complet, riz brun/de couleur/sauvage/complet

(le blé, l’orge, le boulgour et l’avoine ont été volontairement laissés de côté parce qu’ils contiennent du gluten)

Les fruits pomme, abricot, cerise, pamplemousse, kiwi, melon, nectarine, poire, pêche, fraise

Lorsque vous limitez votre consommation de sucre, il vaut mieux ne pas manger trop de fruits (et jamais de fruits secs) étant donné leur haute teneur en sucre naturel (fructose) et levure.

Ne soyez pas trompé(e) par les remplaçants du sucre. Ils sont artificiels, ou alors ils ont un haut taux glycémique (miel, sirop d’érable et de maïs, agave, jus de fruit industriel concentré).

Attention aux produits laitiers : le lactose est en fait du glucose. Il y a environ 65 % de la population mondiale qui est intolérante au lactose (https://fr.myprotein.com/thezone/nutrition/intolerant-au-lactose-trouver-le-calcium-sans-manger-de-produits-laitiers/) et ne le sait pas. Pourquoi autant de personnes sont-elles intolérantes au lactose ? Parce que le lait de vache est peu digeste et un déficit en lactase (enzyme permettant de digérer le lactose) peut créer des troubles intestinaux.

Si entre une demi-heure et deux heures après avoir consommé un produit laitier, vous avez :

  • un ballonnement
  • mal au ventre
  • des flatulences
  • une diarrhée

vous êtes certainement intolérant(e) aux produits laitiers. Dans ce cas-là, si vous tenez vraiment aux produits laitiers, préférez les fromages qui ont l’avantage d’être pauvres en lactose.

Equilibrer votre taux glycémique en faisant des choix de nourriture intelligents vous permet de rester sain(e) d’esprit et repu(e) plus longtemps. C’est pour ça qu’il vous est conseillé(e) de ne pas sauter de repas ou de goûter.

Avec un taux de glucose équilibré dans le sang, vous avez moins l’occasion de ressentir des envies irrésistibles. Les envies irrésistibles sont d’ailleurs souvent indicatrices d’un corps en train d’exprimer : “Mon taux de glucose n’est pas régulé.”

Vous allez être peut-être surpris(e) après un certain temps par le fait que les aliments sucrés vont avoir un goût trop sucré selon vos papilles gustatives libérées et qu’ils vont perdre leur attrait.

S’il y a un jour où vous vous écartez de votre ligne directrice, évitez de vous culpabiliser. Donnez-vous un jour ou un repas de bas de gamme par semaine si vous le souhaitez. Autorisez-vous donc à vous faire plaisir à manger quelque chose qui est contre-productif au bien-être de votre corps une fois par semaine. C’est une excellente soupape pour réduire votre frustration si vous en avez besoin. Seulement si vous en avez besoin.

Si vous avez du mal à vaincre vos envies de sucreries, envisagez de faire ce qui suit dans l’ordre, jusqu’à ce que l’envie passe :

  • Faire un petit en-cas de protéines qui servira de substitution idéale
  • Manger un quart de pomme
  • Préparer une tasse de thé au réglisse
  • Mastiquer ou sucer un bâton de réglisse naturel ou une pastille de réglisse de qualité (pas plus de deux par jour)

Une note peu médiatisée par rapport aux protéines comme substitution idéale au sucre :

L’avantage de consommer de la nourriture protéinée est qu’elle permet d’augmenter la présence de neurones orexines dans le cerveau. Quand le système orexine est activé, il stimule à son tour l’activité métabolique. C’est pour cette raison que si vous mangez des protéines et ensuite un dessert, vous allez mieux vous débarrasser de la décharge du sucre. L’augmentation des neuropeptides déclenchés par la consommation de protéines va entrainer l’élimination rapide des glucides contenus dans le dessert.

Les personnes avec une alimentation sucrée permanente ont une activité réduite du sytème orexine, c’est une des raisons pour laquelle elles sont fatiguées.

Le sucre “endort” le métabolisme, mais les protéines le “réveillent” par les neurones orexines.

C’est un autre argument scientifique qui plaide pour la consommation régulière de protéines.

Recommandation immédiate :

  • Supprimer progressivement les aliments sucrés de votre garde-manger et de votre frigo et éviter de les remplacer
  • Acheter des glucides lents et des protéines
  • Acheter des pommes et du réglisse

4) La technique du Swish

adventure-attraction-blurry-618545

La technique de reconditionnement neurolinguistique qui vous est dévoilée maintenant est utile lorsqu’il y a un comportement émotionnel et irrationnel que vous voulez éliminer de votre vie.

Peut-être même savez-vous depuis longtemps qu’il y a quelque chose qui vous trouble et ce quelque chose nuit à votre bien-être.

Voici des exemples de stimulus précis que la technique du Swish peut aider à renverser et bien sûr elle met en jeu votre inconscient à bon escient :

  • Fumer
  • Avoir peur de quelqu’un ou de quelque chose
  • Se priver d’un type de nourriture
  • Avoir un traumatisme
  • Avoir une phobie

Voici les bénéfices potentiels de la technique du Swish :

  • Se libérer d’un comportement émotionnel indésirable
  • Redémarrer votre état d’esprit positif

Recommandation :

  • Appliquer la technique du Swish pour reconfigurer votre état d’esprit par rapport à un aspect émotionnel négatif que vous voulez éliminer

Si un des exemples plus en haut ou tout autre exemple entrave votre retour à l’énergie, suivez les étapes suivantes :

1- Fermez les yeux et voyez le pire de l’état dans lequel vous vous trouvez. Ce n’est pas une première tâche plaisante, mais elle fait partie de la réussite de la technique au final.

Par exemple, et ce n’est qu’un exemple qui vous est donné pour la démonstration, vous avez peur de ne plus jamais retrouver votre énergie. Souvenez-vous, cela peut très bien être :  fumer, avoir peur de quelque chose ou de quelqu’un, se priver d’un type de nourriture, avoir un traumatisme, une phobie, … Vous avez peur de rester sans énergie toute votre vie et avec les yeux fermés, vous vous voyez avec tout ce que vous détestez par rapport à cette image.

Utilisez vos 5 sens pour rendre cette vision la plus forte possible : qu’est-ce que vous voyez/entendez/sentez/faites/goûtez peut-être ? Il faut qu’émotionnellement cette image soit puissante. Plus vous vous investissez dans ce jeu d’imagination, plus l’élimination de cette émotion négative sera efficace au bout du compte.

Une fois que vous avez cette image en tête, imaginez-la en noir et blanc, imaginez que vous êtes dans une salle de cinéma et que c’est cette image de vous-même que vous voyez sur le grand écran.

2- Maintenant, gardez les yeux fermés, et cette fois-ci imaginez l’état idéal que vous souhaitez avoir dans votre vie en appliquant un maximum de sens à votre évocation.

Imaginez-vous avec un entrain débordant comme si vous étiez le symbole même de l’énergie. Vous pétez la forme pour parler plus familièrement. Qu’est-ce que vous feriez/diriez/verriez/entendriez/sentiriez/goûteriez si vous pétiez la forme ?

N’utilisez que des mots ou des perceptions positives. Il faut que les images dans votre esprit soient les plus motivantes possibles. Si vous n’arrivez pas à imaginer cela, parce que cela fait tellement longtemps que vous êtes épuisé(e), alors trouvez une image de vous-même quand vous étiez plus petit(e). Et si malgré tout, vous n’y arrivez toujours pas, choisissez quelqu’un dans votre entourage, ou une célébrité que vous admirez pour son énergie, et imaginez cette personne dans votre tête avec une description détaillée en utilisant toujours les cinq sens.

Lorsque vous avez pleinement imaginé cette personne et que vous ressentez un buzz totalement positif dans votre élan imaginatif, représentez-vous la en couleur et dans un petit carré en bas à droite de votre écran de cinéma.

Maintenant, pour résumer les deux premières étapes, vous avez dans votre esprit deux images de vous complètement opposées : celle que vous détestez le plus, en noir et blanc, qui occupe tout l’écran et celle que vous avez vraiment envie de devenir, tout en bas à droite, en petit et en couleur.

3- Maintenant, tout en gardant les yeux fermés, je voudrais que vous ressentiez cet état de la personne que vous aspirez à devenir dans une main. Peu importe la main que vous choisissez. Toutes les sensations extrêmement positives que vous pouvez ressentir par rapport à cette personne, sentez-les très fortement dans cette main, au bout des doigts, comme si ce buzz vous faisait vibrer d’énergie toute la main, tous les doigts de cette main. Comme si c’était une balle de tennis que vous serrez très fort et qui allait exploser à tout moment. En même temps, vous voyez cette petite image de vous en bas à droite de l’écran, en couleur, cette image de vous au summum de votre énergie.

4- Ensuite, avec les yeux fermés, ouvrez votre main et projetez-la vers votre visage tout en imaginant que cette projection de la main vers votre visage représente l’agrandissement de la petite image en couleur. Donc faites agrandir cette image de vous-même, en train de déborder de vie, afin qu’elle se superpose à celle de l’image en noir et blanc, celle que vous détestez le plus. Vous me suivez ? Donc ouvrez la main comme si elle vous sautait au visage, et la petite image en couleur du bas de l’écran se superpose à celle qui était en noir et blanc et qui occupait tout l’écran.

Au moment de faire exploser la petite image de vous plein(e) d’énergie sur le grand écran, faites un son avec votre voix quel qu’il soit. Certain(e)s font “woush,” d’autres s’exclament ou grognent. Peu importe. Il faut seulement que le son que vous produisez représente l’explosion d’énergie qui vous éclate au visage. L’émotion doit être totale dans l’imagination, le geste et la voix.

Ouvrez les yeux au moment où l’image de vous débordant de vie a remplacé l’image de vous au bout du rouleau.

5- Fermez à nouveau les yeux et recommencez le processus. Représentez-vous en tout petit en bas de l’écran, en couleur, plein(e) d’énergie. Sentez l’énergie positive dans la main et quand elle est à son maximum, agrandissez-la très vite afin qu’elle submerge l’image en grand de vous en noir et blanc, celle que vous détestez.

Ouvrez les yeux 1 seconde, fermez les yeux, imaginez, sentez, faites exploser l’image. Répétez ce processus de plus en plus vite. Faites-le 5-8-10 fois. Ce qui est important, c’est que vous accélérez le processus à chaque fois que vous le faites et que vous sentiez une superposition explosive d’images dans votre esprit.

6- Après une dizaine de fois, essayez d’imaginer le “vous” que vous détestiez le plus avant. Est-ce que l’image est floue, voire impossible à imaginer ? Si vous ressentez encore le “vous” que vous détestiez, répétez le processus plusieurs fois de suite jusqu’à ce que vous ne “sentiez” que le “vous” débordant d’énergie. C’est vous qui décidez du nombre de fois où vous devez refaire le processus. Dites-vous un nombre de fois pour arriver au résultat désiré, et répétez le processus autant de fois que vous vous l’avez décidé.

Ce que vous avez accompli ainsi est ce qu’on appelle un reconditionnement de votre inconscient. Faites-le à chaque fois que vous sentez que votre énergie diminue, ou si vous avez choisi un autre stimulus irrationnel négatif, que ce stimulus se reproduit dans votre tête. En 5 ou 6 “woush,” l’intensité de l’émotion négative s’estompe grandement, voire disparaît totalement.

Recommandation immédiate :

  • Le faire maintenant ! Cela ne prend que quelques minutes

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s